Qu'est-ce que l'auriculothérapie? quel intérêt pour le cancer du sein?

QU’EST-CE QUE L’AURICULOTHÉRAPIE ?

L’auriculothérapie  est une thérapeutique découverte il y a cinquante ans par un médecin lyonnais, Dr Paul NOGIER. Officiellement reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme une médecine traditionnelle, c’est une réflexothérapie qui utilise le pavillon de l'oreille comme clavier thérapeutique.

Intérêt de l’auriculothérapie en accompagnement des traitements anticancéreux et des douleurs

C’est une thérapeutique complémentaire méconnue qui a de nombreuses qualités :

  • Efficace,
  • Résultats rapides,
  • Résultats reproductibles et qui durent dans le temps,
  • Economique permettant un sevrage médicamenteux,
  • Sans effets secondaires.

?L’auriculothérapie est une thérapeutique complémentaire indiquée pour la prise en charge des symptômes secondaires aux traitements anticancéreux en particulier les douleurs.

Tous les traitements anticancéreux peuvent induire des douleurs :

  • La chirurgie peut créer des cicatrices douloureuses, des névromes et parfois des douleurs fantômes.
  • Certaines chimiothérapies peuvent avoir un effet toxique sur les nerfs créant des troubles de la sensibilité dans les mains ou dans les pieds, ou syndromes main-pied.
  • La radiothérapie peut entraîner une fibrose au long cours qui engaine les nerfs et donne des douleurs tardives.

Les douleurs sont principalement de types neuropathiques par l’atteinte des réseaux nerveux qui créée des courts circuits douloureux.

Les caractéristiques de ces douleurs sont :

  • Troubles de la sensibilité avec sensation de peau cartonnée (désafférentation de la zone opérée ou irradiée).
  • Douleur de type brûlures, fourmillements, coup d’éclair permanent ou intermittent avec des paroxysmes extrêmement intenses.

On pourrait dire : «Il s’agit d’une déconnexion douloureuse d’une partie du corps ».

Rappel neurophysiologique Notre corps fonctionne comme un circuit électrique. Toutes les informations périphériques montent au cerveau où elles sont intégrées et décodées. De même, les commandes centrales descendent vers la moelle pour effectuer certaines fonctions en particulier la motricité : Il existe une voie d’aiguillage au niveau du tronc cérébral (jonction entre la moelle et    le cerveau). Le pavillon d’oreille est branché à ce niveau et il existe un affichage de la cartographie du corps  au  niveau des deux pavillons d’oreille (Cf. schéma  ci-contre).

Chaque oreille correspond à l’hémicorps du même côté :

  • L’oreille gauche : l’hémicorps gauche,
  • L’oreille droite : l’hémicorps droit.

Lorsqu’iI existe une pathologie périphérique, on détecte (à l’aide d’un détecteur électrique) un point sensible au niveau du pavillon d’oreille.

Ce point va être piqué avec une aiguille semi-permanente (ASP) ou une aiguille d’acupuncture qui va inhiber le message douloureux.

C’est une «neuro acupuncture appliquée» basée sur un raisonnement neurophysiologique.

Dans une pathologie douloureuse limitée dans un territoire d’innervation (dermatome), on pique au niveau du pavillon d’oreille la zone d’innervation concernée.

Par exemple :

  • Dermatome C7 a D4 pour le territoire du sein,
  • Territoire du trijumeau  pour   des   douleurs de la face,
  • Région lombaire pour une pathologie lombaire et ou des membres inférieurs.

L’effet peut être immédiat ou retardé : La sensation douloureuse s’efface et le patient retrouve «une vraie sensibilité» de la zone concernée.

Les ASP restent en place et tombent progressivement, rejetées lentement par un processus cicatriciel, ce qui prolonge l’action.

L’effet antalgique perdure dans le temps, ce qui permet une désescalade thérapeutique des antalgiques donnés antérieurement (cette réduction d’antalgiques ne doit pas être trop rapide pour éviter un syndrome de sevrage).

QUAND PROPOSER L’AURICULOTHÉRAPIE ?

Pour toutes les douleurs secondaires à un traitement anticancéreux : chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie

L’effet est d’autant plus rapide et efficace que le patient est vu tôt et qu’il ne reçoit pas trop de médicaments pouvant bloquer l’efficacité de l’acupuncture auriculaire.

  • Plus la douleur est circonscrite plus le résultat peut être rapide et spectaculaire.
  • Lorsque la douleur est plus diffuse, intéressant de nombreux dermatomes les résultats sont plus lents  (Ex : syndrome  main-pied).

QueIles sont les autres indications de l’auriculothérapie ? En accompagnement des traitements anticancéreux  :

  • Les vomissements et les nausées post-chimio,
  • Les bouffées de chaleur,
  • La bouche sèche dans les cancers O.R.L, trismus (blocage de l’ouverture de la bouche),
  • Syndrome mains / pieds.

En général (mais pas dans le cadre d’une consultation douleurs et cancer) :

  • Douleurs (céphalée, migraine, fibromyalgie, algodystrophie,  zona...),
  • Troubles  psycho-somatiques (stress, insomnie, tachycardie, colite  spasmodique…),
  • Pathologies ORL (acouphènes, vertige, sinusite, rhinite…),
  • Allergies (ORL, cutanée, conjonctivale),
  • Troubles endocriniens (règles douloureuses, stimulation de la fécondité…),
  • Désintoxications (tabac, sevrage médicamenteux...),
  • Colopathie, constipation.

COMMENT CONSULTER ?

Les hôpitaux, notamment les centres anti-douleurs collaborent de plus en plus avec les médecines complémentaires et / ou les approches psychocorporelles.

Renseignez-vous auprès de la consultation douleur de votre centre.

Vous pouvez également consulter le site www.auriculo-scientifique.com

 

 

 

 

Auteur : Dr Claude Boiron

Source : Institut Curie